logo     

Management

franais english
 Biographie| Line Up| Vidéo| Concerts| Presse | Disques| Professionnels

Actualité : Sortie du nouvel album « J'ai traversé la mer » chez Heavenly Sweetness le 21 août 2020
Sortie de la compilation « African Acid Is the Future - Ambiance II »
Dans la playlist « State of Jazz » de Spotify
Depuis 2019 Edmony Krater a lancé un nouveau festival « Place au gwoka » en partenariat avec la Ville de Montauban


Pour son nouvel album « J'ai traversé la mer », qui sort chez Heavenly Sweetness, l'artiste guadeloupéen Edmony Krater a voulu rendre hommage à toutes ces femmes et tous ces hommes déracinés de leur terre natale.

Les esclaves venant de différentes régions d'Afrique se sont retrouvés dans les Caraïbes et en Guadeloupe en particulier. Quoique ne parlant pas la même langue, ils ont réussi à créer un langage commun : une musique, le gwoka, comme moyen d'évasion aux conditions de vie difficiles au cœur des plantations de canne à sucre. Il se pratique sur les rythmes que le tambouyé fait sortir de son instrument : le tambour KA.
Le gwoka est devenu l'âme du peuple guadeloupéen, en l'accompagnant à chaque étape de son existence.

Cette culture musicale a toujours été au centre du parcours d'Edmony Krater. A ses débuts, il fonde avec Robert Oumaou et Georges Troupé, Gwakassoné, un des groupes phares du gwoka modèn (modernité de par l'ajout d'instruments aux tambours KA et sur la manière d'improviser).
En quête de nouveaux sons et d'horizons divers, cet artiste avant-gardiste, depuis son album « Ti Jan Pou Velo » sorti en 1988 et très apprécié des diggers du monde entier, a toujours su éviter les pièges de la folklorisation.

Edmony Krater réunit deux générations de musiciens sur ce nouvel opus :
D'une part, Roger Raspail, rencontré en 1988 pour l'album « Ti Jan Pou Velo », maître en tambour KA et percussionniste qui écume les scènes du monde en collaborant avec Guy Konket, Papa Wemba, Kassav...
D'autre part :
- Sonny Troupé, batteur et percussionniste, un des musiciens les plus actifs de la scène gwoka modèn, qui parcourt les différents styles de la Caraïbe.
- Jonathan Jurion, un des pianistes les plus doués de sa génération, très reconnu sur la scène gwoka et jazz.
- Julian Babou, bassiste réunionnais qui apporte une couleur et une touche personnelle depuis l'album « An ka Sonjé » d'Edmony Krater enregistré en 2018.

Dans la chanson « Dlo pou viv », Edmony Krater dénonce la pollution de l'eau et le paradoxe de la Guadeloupe appelée jadis « Ile aux belles eaux », dont les sols et nappes phréatiques ont été très pollués suite à l'épandage de produits toxiques dont le chlordécone.
« Arawak & Karayb » raconte l'histoire des premiers habitants de la Guadeloupe avant l'arrivée de Christophe Colomb, les Amérindiens Arawaks et les Caribes, qui furent par la suite tous exterminés.
« Natibel » est une ode à la nature, en Guadeloupe, qu'il a connu durant son enfance.
Sur « Fô kontiniyé goumé », il revient sur le rôle et le sens du gwoka, à savoir dénoncer et combattre l'injustice.

Site internet facebook Twitter
Queue is empty
-- / --